Hier c’était l’AgileTour Bruxelles… et c’était…bon!

Vendredi 31 octobre, c’était l’Agile Tour Bruxelles.

IMG_0184

Bruxelles et Beyrouth sont mes conférences de coeur car elles sont toutes deux d’une certaine façon une réunion de famille. Beyrouth c’est la semaine prochaine, donc focus sur la Belgique.

Bruno Sbille et toute l’équipe d’organisation nous avait concocté un programme alléchant que vous pourrez consulter ici.

Quelques moments forts:

Les pitches de 30 sec. dans l’amphithéâtre sont un moment sympa où les speakers doivent se montrer imaginatifs. Le belge est gâté et les showmen nombreux!

Ensuite la session de Ben Linders « Doing Valuable Agile Retrospectives ».

Ben, consultant et rapporteur d’InfoQ, fait le roadshow de son livre « Tirer profit des rétrospectives agiles: une boîte à outils d’activités de rétrospective ».

« Scrum-of-scrums, examples » de Jan De Baere,

Président de l’Agile Consortium Belgium. Jan a montré différentes approches du scrum-of-scrums sur différent projets qu’il suit. Entre nous, cela n’a pas été une découverte mais plutôt une confirmation que nous essayons tous de faire de notre mieux pour dynamiser cette réunion. Dans les coulisses, Jan m’a confirmé que le scrum-of-scrums board physique était en place au sein de ses équipes en Inde et qu’une Webcam transmettait en Belgique le suivi des activités: pas mal! Un point particulier quand il a expliqué que les plannings étaient pratiqués en présence de tous les membres des équipes ensemble lors d’une session. C’est osé mais juste!

Jas Chong
Jas Chong

« HR in Agile, Agile in HR » par Jas Chong.

Belle session … agile. Je m’explique, la pauvre Jas c’est retrouvé face à Jurgen De Smet, Yves Hanoulle et moi-même. Honnêtement, il y a plus diplomatique et réservés que nous. Pour ceux qui me connaissent faites X3. Un grand bravo à Jas qui a tenu bon. Quels étaient les points de débats: bien que nous étions tous un peu d’accord que l’agilité est une culture et que celle-ci est supportée par les RH, Jas a apporté une vision un peu « française » sur le sujet. Je m’explique: en France on cherche beaucoup à définir des Rôles et des Responsabilités et la notion de responsabilisation des parties prenantes et un peu timorée. Je rentre un peu plus dans le détail. Le coeur d’une dynamique agile est portée par le modèle de TUCKMANN (Forming, Storming, Norming et Performing). A vouloir trop prévoir on élimine ou réduit le « STORMING ». STORMING est un des éléments permettant de construire une équipe et de mettre en place l’amélioration continue. Voici un exemple: nous avions une grande discussion sur la « Job Description »; la moitié de la salle pensaient que cela était nécessaire, l’autre moitié annonçait que cela n’était plus nécessaire en agilité les « développeurs » peuvent rédiger leur job description après 30 jours ou jamais.

Il m’a manqué la partie recrutement des Scrum Masters, Product Owners et ou managers par les équipes.

Bref, une session rude pour Jas qui s’en est admirablement sorti car elle avait face à elle des « loups ». Je pense que nous allons faire des choses ensemble!

Jurgen & Yves
Jurgen & Yves

« Changemakers – workshop » par Andrea Drabos.

Rien de bien original, c’est un des jeux de Management 3.0. Les tables étaient auto-gérées et de belles discussions entre les participants.

Ensuite ce fut ma session.

 

Voici les sessions auxquelles j’ai pu participer. De nombreuses autres de haute volée on rendu mon choix difficile.

J’ai été heureux de discuter avec les membres de la famille agile dont:

  • Olga Smirnova et Olivier Catoire respectivement Product Owner et Scrum Master de mes anciennes équipes de chez TATV
  • Mes collègues de chez Wemanity: JC Conticello,  Julien Karoubi, François Franquard, Valentin Vlacic, Philippe Guicheney
  • Mes collègues de Co-learning: Jurgen De Smet, Yves Hanoulle, Johan Tre
  • mes aussi: Tiago Garcez, Xavier Quesda Allue, Bruno Sbille, Pascal Van Cauvenberghe, Alex Boutin, Nick Oostvogels, Jas Chong, Xavier Warzee, Ben Linders, Jan De Baere, Oana Juncu, Kris Philippaerts, Gunther Verheyen, Sophie de Carrière et tout ceux dont je n’ai malheureusement pas cité le nom.

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. yoseihana dit :

    Article très intéressant. Je regrette vraiment de ne pas avoir été présente😦

    Si je peux me permettre, suite à mon absence, j’essaye de prendre des infos partout pour mieux évoluer. C’est pourquoi je ne comprend pas bien cet aspect: « l’autre moitié annonçait que cela n’était plus nécessaire en agilité les « développeurs » peuvent rédiger leur job description après 30 jours ou jamais. » Sais-tu m’en dire plus en 2 mots?

    Une petite coquille au passage: « Bref, une session rude pour Jas qui s’en est admirablement bien sorti ».

    Encore merci pour ton retour d’expérience, et pour ceux qui n’étaient pas présent!🙂

  2. PierreENeis dit :

    Merci pour ton commentaire. La coquille sera relevée ;b)

    Pour répondre à ta question.
    1. on appelle développeur tous les membres de l’équipe
    2. En agile, les développeurs peuvent, s’ils le veulent, rédiger leur job description si cela est important à leurs yeux.

    En clair, comme nous cherchons à créer une dynamique de groupe au sein de l’équipe, la job description n’a guère plus d’intérêt. A l’extrême, on dit que les bonnes personnes sont à la bonne place. Cela laisse la possibilité de pouvoir tester de nouvelles possibilités et, d’une autre manière, renforce le processus d’amélioration continue et l’innovation.
    Dans la négative, si la job description est détaillée, le « développeur » risque de ne pas aider ses coreligionnaires en cas de coup dur afin de ne suivre que ce pourquoi il ou elle a été embauché(e) au détriment du résultat.
    En fait, on peut penser que la job description renforce l’individualisme. Cet individualisme permet de consolider les silos des anciens modèles d’organisation.

    Concrètement, la job description est encore utilisée pour éviter le choc culturel.

    1. yoseihana dit :

      Merci beaucoup de cette précision Pierre.

  3. benlinders dit :

    Merci Pierre pour venir à ma présentation sur tirer profit des rétrospectives agiles (Doing Valuable Agile Retrospectives).et pour l’achat de notre livre avec des exercices pour rétrospectives. Je souhaite que vous aimerez l’édition française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s