Les dessous d’une conférence: mes documents de préparation pour mon intervention au IPMA Global Congress de Rotterdam – James Bond, Stakeholder’s Engagement

2012-11-18 13.20.19

Le Roadshow « My Product is a James Bond Movie » poursuit son chemin. Le 1 octobre, je compte ressortir de ma zone de comfort pour expliquer lors du 28e Congrès Mondial de l’IPMA (International Project Management Association) comment James Bond (aka Agile) améliore et assure une excellente gestion de la relation entre parties prenantes au projet (stakeholders).

Pour vous faire comprendre, surtout mes 14 compagnons de coaching agile, que raconter une histoire aussi fantasque qu’elle puisse paraître nécessite un peu de préparation.

Objectif:

  • avoir une présentation fantasque, énergisante, inspirante et pertinente
    • fantasque: le public s’attend à voir un coach agile soit une personne un peu bizarre entre guru et geek. Pour ma part et avec tout le respect que j’ai pour l’audience, je me dis toujours que certaines personnes ne comprendront que peu de choses mais au pire elles auront passé un bon moment.
    • énergisante:… toujours le coach. Si vous vous présentez en tant que coach et que vous n’êtes qu’en fin de compte qu’un consultant parmi tant d’autres: c’est perdu. Transmettez la joie que vous avez en vous. C’est un des principes de l’agilité, non?
    • inspirante. Il y a 2 types de conférences, celles qui inspirent, celles qui vendent un produit. Si je suis cohérent avec moi-même, je ne peux qu’inspirer.
    • pertinente. Une bonne histoire est celle qui fait sens. La pertinence prend en compte un constat, une réflexion, un processus, des résultats et un tri ou une priorisation en conséquence. Sinon, c’est juste du bruit.

L’ébauche du scenario et son contenu.

Bon, la conférence prendra environ une heure de temps. C’est à dire 4 niveaux d’itération pour assurer un bon « Boom-Yeah-Yeah-Boom » avec des sous-niveaux dans chaque itérations.

Mon premier script est le suivant:

  1. Bio –> non, on s’en fout, elle est disponible sur la publication et le catalogue. Je ne me vends pas moi mais le concept. (ici, devant une audience internationale, il serait déplacé de commencer par … ancien étudiant du MIT, je suis titulaire de 3 Masters et 2 PHD qui va sonner dans les cerveaux « et qu’est-ce qu’il a foutu pendant tout ce temps? ». Temps alloué : 0 sec
  2. Les temps anciens: Temps alloué : 10 min
  3. De nos jours: Temps alloué : 10 min
  4. Le principe d’évolution: Temps alloué : 5 min
  5. La gestion des parties prenantes en Agilité: Temps alloué : 15 min
  6. Conclusion: Temps alloué : 20 min

Quel contenu?

  1. Les temps anciens:

    1. les besoins du clients me sont indifférents
    2. nous savons mieux que tout le monde
    3. APPLE est également secrète
    4. quoi? une gestion des parties prenantes?
    5. Parties prenantes non, investisseurs oui (stakeholders no, shareholders yes)
    6. l’avarice c’est bon
    7. Suivre une pensée supérieure: le plan
  2. De nos jours

    1. est-ce q’un bon produit est le fruit d’un savoir-faire dans les règles de l’art (craftmanship)? Délivre-t-on un Stradivarius à chaque fois?
    2. nous avons une ligne de production. Les processus sont sous contrôle?
    3. les temps changent
    4. Tout va si vite
    5. qu’est-ce qu’un bon produit?
    6. connaissez-vous l’expérience utilisateur (UX)?
    7. Une adaptation permanente au changement.
    8. Nous avons découvert que le meilleur plan de Dieu, la Nature [ici le nom que vous préférez] était l’évolution.
  3. L’Evolution

    1. les principes de base: hérédité (legacy), la variation, la mutation ou l’adaptation, le sex ou la recombination (fusions acquisitions), les flux géniques
    2. la variation ou variabilité renforce l’évolution et la création
  4. La gestion des parties prenantes en Agilité

    1. le cycle de vie du produit: le lancement, le développement, la maturité, le déclin et le retrait
    2. êtes-vous centré utilisateur?
    3. le rôle du management
    4. le rôle de l’organisation
    5. le rôle du client
    6. le rôle de l’utilisateur
    7. l’exemple de Scrum
    8. quels types de variations?
      1. dans une organisation Kanban
      2. dans une organisation XP
      3. dans une organisation DEVOPS
      4. dans la gestion de programme agile
  5. Conclusion

    1. la gestion des parties prenantes fait souvent partie de la liste de noel mais trop souvent gérée par des proxys.
    2. l’agilité cherche à résoudre se problème par un pensée systémique sous-jacente. L’objectif: réduire le fossé de la communication
    3. le paradigme a changé. Avant de commencer, posez-vous les questions suivantes:
      1. qui est votre client?
      2. est-ce que des ressources de management sont disponibles pour nous aider à atteindre notre objectif?
      3. nous devons rencontrer tout le monde régulièrement à date fixe, de préférence à chaque fin de sprint.
      4. nous espérons leur participation à la planification de nos sprints
  6. Final: une pirouette…. du style… mais je pense que vous le saviez déjà!

Bon, il y a encore du travail du rendre cela le plus digeste possible et de trouver le « Single Selling Point ».

 

Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s