SAFe – Scaled Agile Framework – big Agile so what now? (Conférence PAM Summit, Cracovie 06/14)

En juin dernier, j’ai eu l’opportunité de répondre favorablement à la demande d’Arie VanBennekum pour présenter une approche de la Gestion de Programme Agile au PAM Summit (PMI) de Cracovie.
Après avoir proposé plusieurs aspects de la gestion de programme dans le monde agile, l’organisation a souhaité une introduction à SAFe.
SAFe ou Scaled Agile Framework est un sujet d’âpres discussions dans la communauté, comme l’on été Scrum vs XP et Kanban vs Scrum en leurs temps.
Cette présentation se concentrant principalement sur l’aspect gestion de programme, je trouvais intéressant de transmettre mon point de vue en me concentrant sur l’Agile Release Train que je conçois comme une idée très intéressante. L’Agile Release Train peut aisément être vu comme une transition pour l’implémentation de Devops dans un environnement de développement agile sous Scrum. L’idée est de définir des dates fixes de Release, de deux à quatre semaines dans un premier temps, et réduire ensuite cette durée en fonction de la maturité de votre organisation.
Cette approche de livraison a date fixe devrait donner plus de liberté aux Opérations pour « tirer » des éléments « ready » en réduisant le « push » des équipes de développement.
Pour les afficionados de Devops, je pense que vous voyez où je veux venir par ce biais: pour atteindre ces conditions a minima, une discussion permanente entre Développement et Opérations et une des conditions sine qua none.
Dans un 2e temps, je fais un rappel des particularités de la gestion de programme agile. Historiquement, la Gestion de Programme est le parent pauvre de la Gestion de Projet est elle se résume souvent à une gouvernance molle, un peu de gestion de portefeuille et la recherche de la mesure de la rentabilité au seuil programme. L’Agilité fait revoir la copie à cette approche, qui n’a jamais réellement fonctionné, en renforçant les points suivants:
  • consolidation de la rentabilité de chaque projet
  • pilotage des ressources
  • alignement des projets: les scrum-of-scrums sont largement insuffisants!
  • étroite collaboration entre coordination (program management) et sponsoring
  • l’intégration des utilisateurs dans tous les niveaux de discussion
  • renforcement de la culture agile i.e. le principe d’autogestion
  • une gouvernance engagée
  • des équipes motivées
  • les mesures: le coût du délai, les leçons apprises, le Cost Performance Index, le Schedule Performance Index, les impédiments et les risques

Pour conclure, cette année, la scalabilité des équipes est un thème à la mode grâce à SAFe, LESS et DAD. Le vrai challenge que j’entre-aperçois est la montée en maturité des équipes agiles pour essayer de concevoir un modèle adapté à notre culture. Ce travail est loin d’être fini. Et c’est très bien comme çà.

 

Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s